Voyage en terre (presque) inconnue
  

Voyage en terre (presque) inconnue

Kharkhorin, Mongolie le 15/06/2010

 

Avant toute chose : Nous avons ecrit deux recits, le premier (celui de Marie) que vous retrouverez ici parle de nos aventures avant la rencontre avec les nomades. Celui-ci est tout simplement la suite

Apres le recit de Marie sur nos aventures (assez rock’n roll il faut l’avouer) sur les routes mongoles, je vais vous parler un peu de nos rencontres avec les mongoles, et plus particulierement les nomades !

          Kharkhorin

Nous arrivons donc a Kharkhorin après les quatres heures de bus que Marie vous a decrite ! A peine un pied pose dehors, une dame d’un age moyen (on apprendra plus tard qu’elle se prenome Nara) nous saute (gentillement) dessus et semble vouloir nous aider…

Assez rapidement on parle puis on rigole avec elle et on arrive, tant bien que mal a lui faire comprendre que nous devons retirer des sous puis aller au Temple du coin pour attendre un “ami” nomade qui viendra nous chercher. Je ne pense pas sincerement qu’elle puisse avoir tout compris mais au moins elle avait saisi l’essentiel! On se met donc en route, direction le (pseudo) centre ville du village.

Sur le chemin on rencontre deux petites jeunes de 13 ans qui sont en fait ses petites filles. La, elle  leur dit un truc genre “bon vous vous occupez des deux frenchy, parce qu’ils ont l’air completement paume et il me font un peu de peine! En plus ils ont une bonne gueule !”

 

Nos petits guides

 

Pas de souci, on se retrouve ainsi entoure des deux petites, bientot accompagnees de leur frangin, qui nous font courir dans toute la ville ! Comme retirer des sous n’est franchement pas evident dans les villages au centre de la Mongolie, on a passé trois heures, tous ensemble, a essayer de chopper de l’argent ! Au final ca n’a pas marche et on a du utiliser Western Union… Bref je ne m’etend pas sur les details mais je dis un gros merci a P. Cha qui se reconnaitra !

 

          La rencontre

A 15h petantes, on doit se separer de nos guides improvises et partir a la rencontre de Batdorj qui nous attend devant sa petite camionette bleue, un papier a la main sur lequel est ecrit “Marie et Romain”. Ce qu'il y a de magique dans cette rencontre c’est que nous ne sommes pas passés par une agence de voyage ! En fait en surfant sur le blog de Vince et Ariane, deux autres francais qui se font un petit tour du monde, j’ai pu voir qu’ils avaient passé quelques jours avec une famille nomade. Je leur envoi un ptit mail (on etait déjà en contact, c’est ca les backpackers ils se kiffent et ils s’ecrivent) et direct ils me donnent le contact de la famille. Donc un enoooooooooooorme merci a tous les deux, et je vous conseil vivement d’aller voir leur site qui est juste trop bien fait!

Mais revenons a nos moutons ! On est donc parti avec Batdorj direction le camp! 30 bonnes minutes de camionette plus loin on arrive … au milieu de nulle part ! Rien que ca, on avait déjà grave le moral !

 

 

 

 

On decouvre ainsi Tsalomon, Batdorj, et toute la petite famille  (les grands parents, le beau frère, la soeur et la ptite niece)  qui vivent dans 3 yourtes les unes a cote des autres. Une quatrieme posee au milieu nous servira de maison pendant les quelques jours qui suivront.

 

les yourtes

 

          Au boulot !

Le premier soir, forcement on est un peu timide, et on ne fait pas grand chose mis a part les regarder travailler avec le betail. Il faut dire qu’ils ont de quoi faire ! Des centaines de moutons et chevres,  Presque autant de vaches et un cheval pour leur courir après…

Alors bon, a certain moments on se sentait un peu “gros touriste” a les regarder faire puis a se ramener le sourire aux levres au moment de manger... Je ne vais pas dire que les jours suivant on a travaille comme des fous mais au moins on a donne un coup de main !

Le lendemain Tsalomon part marcher avec nous. Au debut on ne sait pas trop ou l’on va et on se demande bien ce que l’on va faire… Mais assez rapidement on rejoint le reste des troupes en train de construire une bergerie. Et la (on attendait que ca) ils nous demandent de l’aide ! ENFIN on va pouvoir sortir un minimum du role du touriste ''beauf'' qui prend des photos en regardant les autres bosser ! J’ai jamais ete aussi content de travailler !

On aide donc a la construction de la bergerie. On creuse des trous, on met des poteaux, on fabrique le toit, bref en quelques heures on fait l’equivalent d’une journee de travail en France, et je ne deconne pas ! Faut savoir aussi que la pause Kit Kat, les nomades, ils connaissent pas ! On s’arrete une fois que tout est termine, pas avant, meme pour souffler une minute ! Pendant cette journee de boulot j’ai eu l’honneur d’enfiler une Dell (vetement traditionnel) car en fait ils avaient peur que je salisse mes habits (perso je m’en foutait mais bon…). J’etais bien content d’en avoir une sur le dos dans ces circonstances la et pas uniquement pour la pose photo.

 

Au boulot

 

          L’or bleu

Rockin squat (chanteur du groupe Assassin) a fait une chanson sur l’eau en l’appelant “la lutte du siècle”. Bien souvent nous autres petits europeens l’utilisons sans trop se soucier d’ou elle vient ni ce qu’elle vaut ! Alors bon, ne vous inquietez pas je ne  vais pas faire la morale ou quoi que ce soit vu que je suis comme tout le monde ! Mais a l’inverse, que c’est bon de se rendre compte que l’eau courante ne va pas de soit ! Et ca, on s'en est bien rendu compte pendant notre petit sejour au camp nomade (et encore on etait pas en Ethiopie ! )

Le troisieme jour donc, on charge tous les containers, bombones, et recipients possible dans la camionette : C’est la “mission eau” ! Bin oui sans ca pas moyen d’avoir de quoi faire a manger ou boire un truc !  On part donc a cinq direction la riviere a une dizaine de minutes de route.

On se met ensuite a remplir tout les bidons (on se pete un peu le dos mais le jeu en vaut la chandelle) de l’eau (a peu pres) pure de la riviere. Je ne sais pas combien de litres nous avons ramener, mais compare a la consomation d’un francais c’etait ridicule (et ils vivent a 7 dessus pendant plusieurs jours, avec les deux moustiques que nous sommes en prime ). Bref ca fait relativiser les choses et encore une fois on apprend un peu a vivre autrement (et c’est pas plus mal)

          Le fonctionnement du camp

Il faut pas croire ! Ils ont beau etre nomades ils ne sont pas contre le confort non plus (meme s’il ne faut pas vous attendre a une douche ou a un ordinateur dans les yourtes, faut pas abuser non plus ! )

Plutot que de me perdre dans un nouveau recit je vais lister un peu les choses m’ayant marque :

-          L’electricite est recueillie par des panneaux solaires. Ces derniers chargent des batteries que l’on utilise ensuite pour produire l’energie

 

-          L’eau est comme je l’ai dit un bien precieux. Donc on ne gaspille pas et on ne lave pas sa moto comme un gros porc avec un jet d’eau surpuissant. On la fait egalement bouillir pour la consommer

 

-          Les toilettes sont tres sommaires : Un trou de quelques metres creuse dans le sol. Quand c’est plein on le bouche et on en refait un autre a cote (et pour faire pipi on peut le faire ou l’on veut et donc pisser dans le vent avec les montagnes devant nous … j’adorais faire ca)

 

-          Les dechets : il n’y en a presque pas ! La encore ca fait relativiser notre production de dechets journalier…

 

-          La douche … heu… bin on en a pas vu

 

-          Le betail est constamment en liberte. Il faut donc parfois aller le chercher loin a cheval ou en moto. Pendant la nuit on ne rentre que les bebes moutons ou les agneaux dans les bergeries et les parents restent tranquillement a cote …

 

-          La chaleur dans les yourtes est faite a partir du feu central. Comme les arbres ne sont pas monnaie courante dans le coin on recupere les bouses de vaches que l’on fait secher et on les utilise comme combustible.

Enfin pour la nourriture … Alors ! Il faut etre prêt, si vous allez vivre avec des nomades, a manger a peu pres tout le temps la meme chose ce qui comprend du gras et des bouts de nerfs dans la viande ! Les seuls ingredients que nous avons pu voir en ces quelques jours etaient : De l’eau – du sel – du sucre – de l’huile – du riz – de la farine – de la viande (boeuf ou mouton) et du lait.

Ainsi ca donne a peu pres :

-          Du riz a la viande

-          De la soupe a la viande

-          Du riz au lait

-          Des bots a la viande

-          Du pain

-          Du yaourte

-          Des pates a la viande

-          Et je crois que c’est tout ! Mais c’etait tres bon !!!!!!!

 

          C’est pas tout ca

Bon je pourrais encore en parler des heures, vous raconter le moment ou l’on a rentre les vaches avec le coucher de soleil derriere nous, le moment ou le grand pere nous a fait monter a cheval, les delires que l’on a eu avec la petite Myaga  (deux ans), la peur qu’on a eu quand on l’a vu jouer avec des clous et un marteaux, l’etonnement de voir un faucon chopper un ptit oiseau en plein vol, l’amusement de tenir un bebe mouton dans les bras, le joie de voir Marie jouer du Yukulele dans une yourte, mais ca prendrais encore des pages et des pages et je dois laisser l’ordinateur du cybercafé en paix !

La dessus a bientot les amis pour de nouvelles aventures !!

Retrouvez nous egalement sur Facebook

 

c'est pas beau ca

 

BONUS

Comme on est gentil vous avez droit a un "Mais ou est Charlie ?" (Les autres videos sont sur Facebook)

 

 

 

 

Commentaires

 Younnecloe
excellent ! Nous aussi on est alle a Tsetsereg, c'est tout comme vous dites ! On s'est bien poiles en lisant le recit de vos aventures et en matant vos brillantes videos ! on vous met en lien et on reviendra !
 Florian
Grâce à vos récits nous avons l'impression de faire parti du voyage. J'envie vos aventures. Bon courage dans votre périple eurasien.
 Man
la bouffe me rappelle le Kurdistan... pour nous c'était poulet au riz un jour et riz au poulet le lendemain...
re-bisous
 Pouss
Petit Romain devenu grand et ... aventurier ; c'est un régal de vous lire ; j'attends la suite avec impatience ; une amie de Mano : Poussy
 Claire Chapuis
Je suis tout avec passion , parce que ma fille Hélène a vécu en Ukraine et à Moscou 5ans, et mon fils Olivier a épousé une jeune fille Mongole (Oyunaa=Turquoise)et leur fils s'appelle Erwan -Tengis ; Erwan peut se dire en Mongol , en Français et en breton tandis que Tengis veut dire Océan en Mongol; n'avez-vous pas eu cette impression d'immensité sur les hauts plateaux suspendus?nous avons fait notre voyage à la même saison et tout ce que vous écrivez ravive la nostalgie
 Emilie
J'en reste sans voix ;-)Continuez comme ça à nous faire voyager un peu avec vous, ça a vraiment l'air exceptionnel !
 Chris
d'une autre génération, adeptes de servas, nous vous disons bravo et suivons vos aventures avec plaisir / des lédoniens
 Los Gringos a la casa
Superbes paysages !! Le truc qui m'a fait rire c'est d'imaginer le bonheur de Trini faire pipi dans le vent ! hihi
De la même façon, El Gringo avait essayé de faire pousser une oasis en plein désert d'Atacama mais on n'a pas eu de nouvelles... Faut croire qu'il n'y a pas mis assez de conviction...
Bonne suite à vous deux !
 Man
Que de richesses vous emmagasinez !!!
pendant ce temps moi j'emmagasine vos photos...
plein de gros bisous
 David
Ouah sur la vidéo, Marie avec un gamin !!! Qui aurait cru ça !!
En tout cas vous nous faites toujours autant rêver les enfants !!
MErci et encore Merci !!
 Pier Chat
Ah non ! ...ça devient vraiment trop bien.
C'est trop, tiens !
Trop d'aventures, trop de photos, trop de suspense, trop envie d'être avec vous... et trop envie de connaître la suite et de vous lire encore.
Trop bien !!!
 Marlène
Waouh.
De mieux en mieux évidemment.
J'attends toujours vos récits avec impatience et ne suis jamais déçue. Vous faites vraiment rêver.
Bonne continuation. (dit-elle derrière son ordi en vous imaginant loin dans la steppe mongole..) Argh!



Autres récits de voyage

Autres Recits en Mongolie